Comment financer les travaux immobiliers ?

En effet, effectuer des travaux permet de valoriser un bien immobilier. N’hésitez donc pas à entreprendre des aménagements et des rénovations si cela est nécessaire. D’un ravalement de façade à une extension des chambres, ce genre de projet peut s’avérer onéreux. Il est donc important de se préparer financièrement pour éviter que les travaux ne s’éternisent ou s’arrêtent en cours.

Pour éviter les mauvaises surprises, de nombreux ménages ont ainsi recours à un financement auprès de divers établissements comme les banques. Elles proposent un crédit immobilier ou un prêt travaux

Comment intégrer les travaux dans le crédit immobilier ?

Pour l’extension de leur patrimoine, de nombreux ménages songent à faire l’acquisition d’une maison. Cependant, il est clair que cela représente un investissement assez onéreux, même pour une maison qui n’est pas neuve !

Lorsqu’on parle d’acquisition, on pense inévitablement au crédit immobilier. Cependant, ce mécanisme ne couvre généralement que le prix d’acquisition du logement. Il peut même être décaissé à un montant inférieur lorsque l’emprunteur est tenu de faire un apport personnel. Il est donc important de penser à son crédit immobilier en incluant les travaux à réaliser.

Inclure dans le crédit immobilier le coût des travaux comporte plusieurs avantages :

  •   Vous évitez de contracter un crédit supplémentaire, comme un prêt travaux. Ce dernier risque de ne plus suffire pour les travaux, car la quotité cessible (la capacité de remboursement) serait déjà engagée. Ainsi, il n’y aura qu’une seule mensualité à payer.
  •   Vous bénéficiez du même taux d’intérêt qui est généralement plus bas ;
  •   Le remboursement des travaux aura une plus longue durée.

Pour intégrer les travaux d’aménagements ou de réhabilitations, il faut ainsi estimer leur coût en intégrant au dossier du crédit les devis des artisans, des architectes ou des entreprises certifiées et enregistrées. L’étude se fait le plus souvent au cas par cas suivant le profil emprunteur et la capacité d’endettement.

Les établissements financiers peuvent décider d’inclure les travaux dans le prêt immobilier de plusieurs manières :

  •   En décaissant la totalité du crédit à l’achat du bien ;
  •   En décaissant la partie acquisition en premier, puis débloquer la partie travaux au fur et à mesure de leur réalisation. Ils peuvent aussi payer directement les professionnels qui effectuent les travaux.
  • Ou, en décaissant intégralement le crédit en une seule fois, mais avec un remboursement différé des mensualités à la fin des travaux.

Crédit immobilier : Quels travaux peut-on intégrer ?

Un crédit immobilier permet d’emprunter une somme plus ou moins importante et de la rembourser à long terme. Un emprunteur intègre généralement dans ce crédit de gros travaux visant à réhabiliter et améliorer l’habitabilité de sa maison. 

Les travaux insérés dans le prêt immobilier peuvent ainsi porter sur :

  •  Le financement pour le renforcement, la rénovation ou la sécurisation de la toiture, des murs, de la clôture et des ouvertures. Cela peut comprendre aussi l’embellissement d’un espace comme la cuisine, la salle de bain ou le séjour ;
  •  Le financement des extensions comme l’installation d’une pergola ou la création de chambres supplémentaires ;
  •  Le financement des éventuels frais pour la mise à niveau de la performance du logement, comme l’isolation thermique.

Tous les travaux ne peuvent être intégrés au crédit immobilier. Seuls ceux qui ne sont pas détachables au logement peuvent être retenus et inclus dans les garanties.

Les investissements dans des matériels et équipements qui sont séparables de la propriété, comme les meubles sur mesure ou les équipements de cuisine, ne sont, par exemple, pas pris en compte. Toutefois, un crédit immobilier peut être cumulé avec d’autres types de prêts pour financer ces commodités.

Qu’est-ce qu’un prêt travaux ? Est-ce intéressant ?

Le prêt travaux est un crédit à la consommation que peuvent souscrire les propriétaires, les copropriétaires, ou les locataires ayant l’accord du propriétaire, pour étendre, rénover ou améliorer la performance de leur logement.

Le montant d’un prêt travaux est généralement compris entre 200 € et 75 000 €. Le prêt est considéré comme un prêt travaux immobilier au-dessus de ce seuil. Ce type de crédit peut être remboursable sur une période de 5 à 10 ans.

Comme c’est un prêt dédié uniquement aux travaux, il ne peut être accordé pour d’autres raisons comme l’achat de meubles. Mais, tous les types de travaux de réparation et d’aménagement sur un logement peuvent être retenus pour justifier un prêt travaux, comme :

  • La rénovation totale ou partielle d’une habitation ancienne ;
  • Les travaux d’extension pour de nouvelles chambres, ou d’un garage ;
  • La création d’une cuisine intégrée, d’une salle de bain ;
  • La création ou l’aménagement d’une terrasse, des combles et toutes autres surfaces utilisables du logement ;
  • La rénovation ou l’optimisation de la performance énergétique, de l’isolation thermique et phonique.

Un prêt travaux offre une grande marge de manœuvre à un emprunteur pour ses projets. En effet, il peut recevoir directement le crédit sur son compte bancaire pour financer l’achat de matériaux de construction, d’équipements et la main d’œuvre. Toutefois, selon les types de travaux, le montant et l’établissement bancaire, il se peut que des justificatifs soient requis pour le déblocage de fonds, comme des devis ou des factures.

Il y a ainsi deux types de prêts travaux :

  • Le prêt personnel non affecté : qui est une somme que vous pouvez utiliser librement, sans aucun justificatif à fournir. Idéal pour des travaux que l’on peut faire soi-même.
  • Le prêt affecté : on doit justifier les dépenses et rendre des comptes sur demande du prêteur. Cependant, si le prestataire responsable de l’exécution des travaux ne respecte pas ses engagements, le contrat de prêt correspondant peut être résilié.

Il est possible de réaliser des devis de prêts travaux sur un comparateur en ligne afin de choisir le meilleur prêteur et produits financiers. De plus, il existe aussi des courtiers qui peuvent négocier de meilleurs taux pour un prêt plus adapté. Pensez aussi à vous mettre en contact direct auprès d’une banque et à négocier avant de signer.

Quelles sont les alternatives au prêt immobilier ?

Il existe aussi d’autres moyens pour bénéficier de subvention sur les projets immobiliers. Ce sont des aides financières ou des facilitations octroyées par des organismes de l’État. Elles ont pour but d’inciter et de supporter les contribuables à faire des travaux et des aménagements pour améliorer l’habitabilité et la performance énergétique de leur logement.

Plusieurs aides financières proposées par l’État sont disponibles et peuvent être cumulées. On peut souscrire à des aides comme :

  • MaPrimeRénov : C’est une aide de l’État proposée aux ménages qui souhaitent effectuer des travaux de rénovation de petite envergure permettant d’améliorer la consommation énergétique comme l’isolation, la ventilation et le chauffage. Le montant de l’aide dépend des ressources et des gains énergétiques obtenus par les travaux réalisés.
  • Écoprêt à taux zéro : C’est une aide financière octroyée pour une partie des travaux d’amélioration de performance énergétique telle que l’isolation, le chauffage. Le financement peut aller jusqu’à 30 000 € à taux zéro, donc sans intérêt. Elle peut être attribuée à des propriétaires d’une résidence principale achevée depuis plus de deux ans.
  • Le programme Habiter Mieux sérénité : C’est une des aides de l’Anah, Agence Nationale pour l’Habitat, dédié aux ménages à revenus modestes, pour les travaux effectués permettant d’avoir un gain énergétique d’au moins 35 %.
  • TVA réduite à 5,5 % et 10 % : une facilitation qui peut être accordée lorsque l’on fait appel à un artisan pour des travaux de rénovation ou d’amélioration énergétique sur une habitation achevée depuis plus de 2 ans. Elle permet de bénéficier d’une réduction de la TVA à 5,5 % sur le montant de la facture. La réduction de TVA à 10 % est appliquée sur l’achat de certains équipements, matières premières et fournitures.
  • Les Certificats d’Économie d’Énergie (CEE) d’énergie : Ce sont des aides mises en place par l’État pour bénéficier de travaux permettant de réduire la consommation d’énergie. Elles sont aussi accessibles sans condition de ressources.
  • La prime Coup de pouce économie qui est une subvention pour le remplacement de l’isolation du toit, l’installation de système d’énergie renouvelable et des équipements de chauffage.

Afin de financer vos travaux immobiliers, intégrez les demandes dans le crédit principal que vous allez faire. Gardez en tête que certains travaux sont exclus, comme l’aménagement des meubles personnalisés ou encore les équipements de cuisine.